Materials Buchholtz env. 1826

Modérator, double modérator, una corda, Pédales de prolongation, noyer
Options: acajou, aventurine, vernis au tampon Français
(environ 236cm/126cm/35cm, 170kg )

Fryderyk Buchholtz (1792-1837) naquit à Varsovie et débuta dans la vie professionnelle comme menuisier. Il étudia la facture de piano à Vienne puis ouvrit son propre atelier à Varsovie en 1815. Il se fit rapidement une réputation avec ses pianos girafes, primés aux expositions de Varsovie en 1823 et 1825. Vers la fin des années 1820, la famille de Chopin acheta un piano à queue Buchholtz sur lequel, le 17 mars 1830, le compositeur donna la première varsovienne du concerto en fa mineur.

Le piano Buchholtz de 1826, dont Paul McNulty a réalisé la copie, se trouvait en Ukraine, à Kremenets. Ce chef-d’oeuvre de facture instrumentale témoigne de la double influence des factures parisiennes et viennoises: l’angle d’orientation des fibres de la table d’harmonie est de 40° par rapport au grand côté de la ceinture, comme le faisait Pleyel, mais le mécanisme est typiquement viennois. Il en résulte un instrument parfaitement adapté à la musique composée à Varsovie à cette époque, comme le laisse entendre ce commentaire de Chopin à son ami Woyciechowski sur le toucher agréable et le son séduisant des pianos Buchholtz. Chopin se rendait régulièrement à l’atelier de Buchholtz et connaissait bien ses instruments. Selon des témoignages contemporains, si plus de deux invités venaient écouter Chopin, tout le monde se retrouvait à l’atelier de Buchholtz.

La copie du piano Buchholtz réalisée par Paul McNulty pour l’Institut Chopin de Varsovie est parfaitement adaptée aux premières oeuvres du compositeur. L’instrument, dont l’identité technique et acoustique est indéniablement polonaise, témoigne de l’audace de conception et de l’assurance de Buchholtz.

TELECHARGER LE TEXTE
Retour à la page précédente